Jean-Pierre Rosenczveig

Monsieur ROSENCZVEIG Jean-Pierre (pédocriminel?) est président du tribunal pour enfants de Bobigny, et voilà ce que j’ai trouvé sur son blog : MA PHOTO !Le sort des enfants

Ce qui a motivé ce message :

Amende honorable

Condamné abusivement à de la prison

je ne crois cependant pas « pouvoir » échapper à l’amende requise et par le Procureur Dominique SÉNÉCHAL et par l’avocat général de la Cour d’Appel de Nîmes, et encore moins « pouvoir » être dédommagé de cet abus commis par Madame Sylviane DAVID, présidente du tribunal qui a jugé en premier ressort que la question adressée au greffier – qui participe à donner un coup de ciseau au lien entre Mila & moi – est outrageante.

Voir mes conclusions édifiantes.

Cependant voici ce que j’ai trouvé ici (plutôt noir) hier soir sur le web, un lien qui a permis de trouver cet article illustré par ma photographie, et ce sans mon consentement et sans respecter le droit inaliénable au respect du nom de son auteur et autres droits tant patrimoniaux que moraux.

Monsieur SÉNÉCHAL Dominique, Procureur de la République en Ardèche, toujours à la recherche de solutions à l’amiable et mutuellement satisfaisantes, je vous demande ainsi de vous adresser directement à Monsieur le Président du Tribunal pour enfants de Bobigny, Monsieur Jean-Pierre  Rosenczveig afin qu’il paye mon amende, au cas où la Cour d’Appel de Nîmes en décide ainsi, et ce afin d’éviter des procédures qui engorgent déjà nos tribunaux aux dépens des contribuables, s’agissant des fruits de mon travail, volés depuis le 1er février 2006 avant même la conception et la naissance de Mila.

Je vous fais grâce de l’article 19 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) qui violé dans le cadre de la réalisation de TOM LE CANCRE voit son article 9 également profané, le discernement de mon enfant ayant été déclaré totalement absent au sein de votre « bac à sable ». Après tout je ne suis pas juriste bien que je suis sensé ne pas ignorer la Loi et ne pas offusquer votre « justice » qui comme une victime de perversion narcissique ne supporte ni la critique, ni la remise en question, et se montre méchante dans le cas contraire.

Publicités